Le portail Web communautaire dédié aux Masseurs-Kinésithérapeutes et à leurs patients

Kinésithérapie : prescription, séances

Les soins de kinésithérapie doivent être prescrits par un médecin. Tous les médecins peuvent en préscrire. En pratique, les ¾ des actes de kinésithérapie sont prescrits par des médecins généralistes, qui sont pour la grande majorité votre médecin traitant déclaré à votre assurance maladie.

Les indications de kinésithérapie sont nombreuses, sont en augmentation en particulier pour le suivi des maladies chroniques.

L’ordonnance de masso-kinésithérapie doit comporter : 

  • votre nom et prénom,
  • la date de prescription,
  • l’indication de kinésithérapie.

Elle peut comporter également :

  • la mention ALD (Affection Longue Durée) si la rééducation est en rapport avec votre ALD, ce qui permet une prise en charge à 100% des soins par votre caisse d’assurance maladie obligatoire.
  • la mention AT pour Accident du travail ou MP pour Maladie Professionnelle 
  • la mention « urgent » si l’état de santé le justifie. En réalité, cette mention urgente permettait de commencer les soins sans attendre l’accord de prise en charge des soins par votre caisse. Dans les faits, le remboursement des  soins n’est que très rarement refusé, et le système de Demande d’Accord Préalable tend à disparaitre. Le délai d’obtention de votre 1er rendez-vous dépend plus de la disponibilité de votre kiné que de la mention « urgent »

L’ordonnance ne doit pas comporter de diagnostic médical, celui-ci doit être transmis à votre kinésithérapie par une autre voie que l’ordonnance.

Le nombre de séances

Votre médecin prescrit des soins de kinésithérapie pour une ou des indications médicales. Depuis 2000, le nombre de séances n’est pas inscrit sur l’ordonnance, il est déterminé à la première séance de kinésithérapie, avec l’établissement du Bilan Diagnostic Kinésithérapique BDK, bilan qui peut être transmis au prescripteur et qui est à votre disposition.

Les masseurs-kinésithérapeutes sont responsables de la gestion en nombre et en durée du traitement, ainsi que des techniques de rééducation utilisées. Les habitudes de prescriptions sont parfois longues à changer, et de nombreux médecins continuent de prescrire le nombre de séance sur l’ordonnance.

Certaines rééducations sont limitées en nombre de séances pour les remboursements, elles sont soumises à des référentiels de la Haute Autorité de Santé.

Situation de rééducation

Nombre de séances

 

Rachis

 
 Lombalgie commune

de 1 à 15 séances pour une série d’actes
de 1 à 30 séances sur 12 mois

 Cervicalgie commune de 1 à 15 séances pour une série d’actes
de 1 à 30 séances sur 12 mois
 Cervicalgie post-traumatique (whiplash)de 1 à 10 séances
 

Epaule

 
 Chirurgie de la rupture de la coiffe des rotateursde 1 à 50 séances
 Tendinopathie non opérée de la coiffe des rotateursde 1 à 25 séances
 Fracture non opérée de l’extrémité proximale de l’humérusde 1 à 30 séances
 

Coude

 
 Fracture avec ou sans luxation du coude chez l’adultede 1 à 30 séances 
 

Poignet

 
 Libération du nerf médian au canal carpienaucune
 Fracture de l’extrémité distale des deux os de l’avant-brasde 1 à 25 séances
 

Hanche

 
 Arthroplastie par prothèse totalede 1 à 15 séances
 

Genou

 
 Arthroplastie par prothèse totale ou partiellede 1 à 25 séances
 Reconstruction du ligament croisé antérieurde 1 à 40 séances
 Méniscectomie isolée par arthroscopiede 1 à 15 séances
 

Cheville

 
 Entorse externe récentede 1 à 10 séances

 

Votre masseur-kinésithérapeute peut prolonger ces rééducations, à la condition de les justifier auprès de votre caisse d’assurance maladie avec l’envoi d’une DAP (Demande d’Accord Préalable) et du bilan kiné simplifié pour le remboursement de vos soins.

Ces référentiels portent sur des pathologies traumatiques qui sont limitées dans le temps, ils ne portent pas sur les maladies chroniques qui ne sont pas limitées en séances.